Abonnements

Catégorie:

0 Réactions à “Abonnements”

  1. Nicolas

    Bonjour,
    Pour le « pâté », et d’une manière générale l’économie Bretonne, la production locale de cochons est envahissante : 8 300 000 animaux horriblement entassés comme ici : http://www.youtube.com/watch?v=MvazGbg1PIA Bien que leur intelligence, leur sensibilité et leur capacité de communication soient démontrées scientifiquement, ils sont « produits », tels de vulgaires objets dans des « fermes » concentrationnaires, avant leur mise à mort automatisée, pour ceux qui survivront les 5 années requises.
    Supposons maintenant que vous ne considérez aucune valeur à leur vie : qu’en est-il des sols malades des engrais et pesticides destinés aux cultures fourragères ? les 8 300 000 cochons rejettent 15 KG de lizier par jour, soit plus de 100 millions de litres/jour : Qu’en est-il de nos littoraux envahis par les algues vertes toxiques depuis 1971 ? Qu’en est-il des rivières contaminées par les nitrates et pesticides ? Qu’en est-il de l’air Breton dont la puanteur nous saisit régulièrement à la gorge dans nos campagnes ? Qu’en est-il de la déforestation de l’Amazonie, pour participer à la production des centaines de milliers de tonnes de tourteau de soja OGM déversées chaque année sur les ports maritimes bretons ?
    C’est l’abominable aventure d’un pan entier de la culture bretonne: Un système extrémiste déshumanisé et déshumanisant.

    « la Grandeur d’une nation se mesure à la façon dont elle traite les animaux »
    Gandhi

  2. ArMen - n°194 -mai 2013 | Revue de Presse d...

    […] Étonnants Voyageurs, écrivains du monde à Saint-MaloChasseur d'épicesSegalen en Chine, l’éternel étrangerLa montagne sacrée des MosoLes Moso, au pays des femmes ?Le saumon, grand migrateurPatrick Deville, derrière la ligne d’horizonLes tribulations des Bretons en ChineUn bout de chemin… avec Anne LiardetSaverien embregerezh en o hadTébéo, la chaîne locale qui monteÉdito – La perte du centre  […]

  3. Danielle BARRAU

    Merci pour ce document très bien présenté je ne connaissais pas ce site archéologique bien cordialement

  4. Morel

    Bonjour.

    J’essaye en ce moment d’attirer l’attention des autorités, de tous les passionnés de la mer, de la Bretagne et du Patrimoine maritime français sur l’état alarmant du phare d’AR-MEN.

    Isolé à l’ouest de l’île de sein, ce petit phare devenu mythique, construit dans des conditions éxtrêmes il y a plus de 130 ans, est aujourd’hui totalement abandonné, fissuré de partout, prèt à s’écrouler.

    Il est le plus célèbre phare au monde, le plus difficile à construire, le plus photographié, le plus isolé, le plus exposé,
    il représente à lui seul tout ce que le génie civil a su mettre en oeuvre dans des conditions insensées pour la vie des marins.
    Il est la trace de la sueur et de la vie de quantités de gens qui ont lutté contre les éléments au service des autres.

    Les maigres budgets, insuffisants pour un entretient correct des phares français, sont soit captés pour des usages uniquement administratifs,
    soit pour le rafistolage de certains édifices à terre bien en vue du public.
    Et pendant ce temps, le plus extraordinaire, le plus mythique de tous les phares, attend le jour où il va tomber à la mer.
    A la vue de son état, c’est aujourd’hui une question de quelques mois (au pire), ou d’une poignée d’année (au mieux).

    Vu qu’il est difficile d’accès pour le grand public et que celui-ci n’est sensibilisé par aucun média sur le triste sort de cet édifice plus que centenaire,
    d’importance pourtant majeure dans l’histoire des phares et balises, les autorités compétentes se contentent d’éviter le sujet, et de le laisser s’écrouler dans l’indifférence générale.

    La seule chose qui puisse sauver AR-MEN aujourd’hui, serait que les médias veuille y prèter attention, et puisse mobiliser du monde pour qu’une action soit possible.
    Il ne s’agit pas d’un chateau, d’un building, d’une cathédrale, mais juste d’une petite tour de 29 mètres. Son état et des travaux nécéssitent des fonds, mais rien d’Elyséen.

    J’en appelle à tous les amoureux de la mer, aux journalistes, aux médias, qui peuvent aider (et vite!) la situation avant qu’on ne découvre trop tard qu’AR-MEN s’est éffondré sans que personne ne réagisse.

    Cordialement.

    Merci.

  5. michel thevenet

    Encore un magnifique numéro que je viens d’acheter à Ouessant, merci Chloé.

  6. LERAY Roland

    Lecteur fidèle d’Armen, depuis ses premiers numéros, et originaire de Blain, près de Notre Dame des Landes (NDDL), je vous écris au sujet de l’article « l’aéroport de NDDL » du numéro « Bretagne insoumise ».
    Ce projet d’aéroport est bien breton, né sous l’impulsion d’entrepreneurs et ingénieurs de Rennes et de Nantes au motif qu’un seul aéroport est plus efficace et moins cher que deux aéroports distants de 100km. L’Etat français ne soutient pas le projet (préférant le TGV ouest), l’establishment parisien encore moins.
    Vous écrivez : « le cœur du mouvement est paysan et local » et vous illustrez l’article par deux photos qui font croire à des manifestants bretons. Les manifestants du 3-4 août étaient pour la grande majorité des altermondialistes venus d’ailleurs, tout comme les 150 Zadistes permanents. Vous pourrez facilement vous en assurer auprès des habitants du canton.
    Armen constitue une belle référence en matière de magazine d’histoire de la Bretagne, qu’il conviendrait de ne pas ternir.
    Roland LERAY
    29 Rue Renoir
    44700 ORVAULT

    • armen

      Bonjour,
      Comme le dit l’article, le projet est porté avant tout par les élus locaux (CG44, Nantes Métropole, etc.) et les entrepreneurs (CCI, etc.). Donc c’est bien un projet breton. Mais l’opposition est largement bretonne également, ne s’étant élargie que très récemment. Y compris les zadistes viennent largement de Bretagne et de l’ouest de la France. Et les membres de l’ADECA et de l’ACIPA sont dans leur très grande majorité des personnes qui habitent à moins de 50 km de Notre-Dame-des-Landes. Donc c’est un conflit interne à la Bretagne, dans lequel toutefois l’Etat a pris très clairement position en faveur du projet d’aéroport.
      Concernant les photos, je ne comprends pas vos réticences ni votre commentaire. Il y a quatre illustrations montrant quatre aspects de la question. Aucune d’entre elles n’a été prise un mois d’août.
      Bien cordialement,

      Tudi Kernalegenn

  7. simon

    Bonjour, j’ai photographié ARMEN il y à quelques mois, lors d’un séjour à l’ile de Sein, sur les rochers, il faisait beau et grace à un objectif assez puissant, j’ai noté que ses inscriptions Armen disparaissaient sur les cotés dues aux attaques de la mer.Notre France passe son temps à financer à l’étranger, sans parler des dons à ceux qui n’attendent que ça pour continuer leurs inactivités et leur assistanat.Et le patrimoine Français pendant ce temps, et bien il se lézarde, alors tirons la sonnette d’alarme, dans notre pauvre pays où le panier perçé de l’état sert à engraisser le subversif., le pleurnichard Oui, c’est la colère qui me fait parler, est-ce que les Phares et balises n’ont pas des bras, de la peinture, de la force à donner pour sauver notre histoire?
    Et bien il n’ont qu’à embaucher les fainéants prétentieux qui pointent , ils n’ont qu’à les emmener là-bas au large, ils prendront l’air et serviront à une bonne cause Vous avez raison sauvons ce qui est vraiment Français, le reste n’existait pas lors de la construction de ces merveilles de pierre et de technologie
    J’ai honte de ce que nous ne sommes plus capable de faire.

  8. xavier

    Rarement vu un tel tissus de jugement de valeur tout à fait gratuit et à charge. Françoise Morvan sors de ce corps !

  9. Théfaut-Subéry Sébastien

    Plus qu’un symbole les phares de Bretagne ont montré la voie pendant des siècles. Quelques que soit l’endroit du monde dans lequel nous sommes, ils représentent un point d’attache auxquels nous pouvons nous fier. Ils montrent la lumière. Depuis 2013, une petite association Bretonne, Breizh On Board, a choisi de les mettre en avant « all over the World » avec Bob, la montgolfière. Vous pouvez dès à présent les retrouver sur Facebook à l’adresse : https://fr-fr.facebook.com/BreizhOnBoard

  10. Guitton

    Très instructif quant à l’alignement de la Bretagne sur les modes européennes en ces siècles qui précèdent le vêtement « folklorique » du 19e siècle… Où comment l’identité bretonne est aussi une construction récente et en cours !

  11. Colette Trublet

    Si tout le monde s’y met nous avons des chances de réussite. Vive la Bretagne réunifiée. B5 d’abord et avant tout.

  12. Marc Le Bayon

    Alors pourquoi ne soutenez vous pas plutôt la Chancellerie/Gouvernement de Bretagne dans le combat pour la Souveraineté de notre pays ? au lieu d’aller pleurer aux pieds de personnages qui n’ont que faire de vous…

  13. Lauranne Tichat

    Juste du début à la fin. Tout est dit. 1. On doit préférer des régions démocratiques, cohérentes et cohésionnées, qui risquent à trop s’agrandir de perdre en convergence d’intérêts ainsi qu’en proximité. 2. L’essentiel est de renforcer les régions et les émanciper véritablement de l’Etat en accentuant leur autonomie tant politique que budgétaire. C’est ça qui en fera de vraies « régions européennes », pas de doubler ou tripler leur taille.

  14. Edouard BENSOUSSAN

    Espérons que le bon sens l’emporte ! ce n’est pas gagné au pays des technocrates jacobins.

  15. Yanick LOISON

    A quand un article sur la mémoire du sauvetage en mer avec l’asso Papa Poydenot de Penmarc’h ???

  16. Nolwen Hascoet

    Le vrai nom de ce groupe est  » Bagad Saint-Nazaire  » , le reste n’est que du roman .

  17. simon pascal

    Bonjour,
    Je suis tout à fait d’accord avec le propos de la personne ci-dessus.J’ai une grande passion pour les Phares Français, et l’Armen est vraiment un Phare rendu plus que beau dans le magnifique ouvrage de Jean Pierre Abraham ARMEN. Il est vrai qu’en France on finance tout et n’importe quoi sans se pencher sur ce qui se délabre dans notre Patrimoine. Et le Phare de Kéréon, et celui de la Jument, alors on se dit en haut lieu, bof, ça peut attendre, oui, mais la mer est là, et elle use, ronge, et viendra à bout de ces merveilles de pierre si chèrement construits en sueur et efforts inouis.Alors messieurs les cols blancs qui signent des paperasses, des lois, des interdits, qui inventent des idioties les une après les autres, lancez une idée du genre SAUVONS LES PHARES DE FRANCE, enyvoyer des fonds plutôt aux Phares et Balises qu’au cancer, pendant un temps bien sur, et nous pourrons peut-être redorer notre Patrimoine maritime? Bon, je laisse la place à quelqu’un d’autre, restons Bretons, Français, car le reste….

  18. CAHEN Noël

    Bonjour,
    Désolé, je ne suis pas breton, je suis lorrain d’origine et je suis l’un des arrières petits fils d’Alfred Cahen, ingénieur des ponts (comme on disait à l’époque), qui a participé à cette extraordinaire aventure. Je dis parfois (c’est de l’humour…) que c’est le seul phare breton dont la réalisation a été dirigée par un lorrain. Et pourtant, ce phare mythique est dans les coeurs de tous les bretons et il appartient à tous les français. Nous avons appris récemment que le gouvernement français allait racheter la frégate construite pour les russes pour un montant dépassant le milliard d’Euros. L’entretien et la réparation de nos phares mythiques ne représentent pas cette somme. J’en conclus assez rapidemment que ce n’est pas dans les priorités de nos hommes politiques.
    Il nous reste deux types d’actions possibles:
    faire pression sur nos élus dirigeant la France (mais l’issue est incertaine)
    Organiser par le biais d’associations et de bénévoles la réparation d’urgence de ces phares , dont bien sûr le phare d’Ar’Men. Ce genre de situation s’est déjà produit et l’élan associatif a parfois fait bouger nos chères administrations…
    Existe-t-il déjà un mouvement organisé matériellement et financièrement? Pour faire des dons, il faut aussi de l’organisation. Où en est-on actuellement ?
    Cordialement

    • AThérèse a

      il faudrait signaler ce phare à stephane Bern charger du patrimoine pour obtenir une remise en état

  19. Saint-Raymond Michèle

    Il est difficile de trouver à Matignon,Saint-Cast,Lamballe la revue ArMen ,ou m’adresser près de chez moi :22550,sans forcément me réabonner ?

  20. Phil14

    Le Mont Saint-Michel est un joyau du patrimoine normand. L’abbaye fut bâtie à l’initiative des ducs de Normandie aussi comment osez-vous vous l’approprier?

  21. Paul Auguste Masui, grand artiste de la Bretagne.

    […] Paul Auguste Masui (1888-1981) travailla à Uccle, près de Bruxelles. Il fut membre de l’Académie luxembourgeoise. Il a participé à de nombreuses expositions collectives et Salons à partir de 1912. Il a peint principalement la Bretagne, l’Ardenne, la Provence et l’Espagne. […]

  22. Paul Auguste Masui, peintre de la Bretagne.

    […] Paul Auguste Masui (1888-1981) travailla à Uccle, près de Bruxelles. Il fut membre de l’Académie luxembourgeoise. Il a participé à de nombreuses expositions collectives et Salons à partir de 1912. Il a peint principalement la Bretagne, l’Ardenne, la Provence et l’Espagne. […]

  23. JEAN CLAUDE LE BORGNE

    Jacques FITAMANT vous a peut être entretenu d’un contact que j’avais avec une personne qui a travaillé sur le séjour de Marcel PROUST à BEG-MEIL en 1895. Il a fait un joli travail avec une sympathique iconographie. Je ne sais pas si un article tiré de ce travail pourrait trouvé une place dans ARMEN. J’ai mis jacques en relation avec cette personne Philippe DUPONT. Cordialement. JCLB

  24. Projet Le Nez O Vent | Pearltrees

    […] Ar-Men, “cierge d’espoir” La tribu des Fianna à l’assaut du Centre Mandapa | L'Arbre aux contes. En ce jeudi 11 février au soir, le Centre Mandapa (Paris 13e) a poursuivi son voyage en terre d’Irlande avec la conteuse, chanteuse et musicienne Caroline Sire, également directrice artistique de la compagnie Vortex . Après la soirée de mardi passée dans le cadre plutôt intime de son Cabaret irlandais, elle a convié le public à partir à la découverte des grands espaces et de la forêt irlandaise sur les traces des Fianna, guerriers et chasseurs au service du roi d’Irlande au IIIe siècle, avec L’Epopée de Fionn Mac Cumhaill. Comme elle l’a expliqué elle-même en préambule de son spectacle, Fionn Mac Cumhaill fait partie des héros de la mythologie irlandaise les plus célèbres et les plus populaires. […]

  25. KERIVEL CHARLES

    Salut Jean Jacques…C’est sur que j’achète le numéro pour voir le chemin parcouru depuis Bretagne-Publicité…C’était hier ….

  26. texier

    nous sommes en pleine commémoration de la grande guerre 14/18.
    La Bretagne à payée un tribu énorme, rien qu’à observer la liste des soldats morts
    « pour la France » sur les monuments, allant du plus petit pays aux plus grandes villes dans les 5 départements.
    Il est dommage qu’ARMEN, qui a un potentiel de lecteurs n’ait pas pris le parti de faire connaître ce qu’a été cette période. il y avait matière à reprendre les évènements années par années, mois par mois et pourquoi pas, dans certain cas, jours par jours.
    seul sont en souvenir les militaires morts pour la France, et bien en est, mais pourquoi ne pas parler des familles, qui, comme chez moi, ont envoyé trois fils et un cousin germain entre 14 / 18, et par bonheur sont tous revenus…
    je pense qu’ARMEN a raté le coche.
    Louis Jean TEXIER

  27. Paul Auguste Masui, peintre breton, Camaret!

    […] Paul Auguste Masui (1888-1981) travailla à Uccle, près de Bruxelles. Il fut membre de l’Académie luxembourgeoise. Il a participé à de nombreuses expositions collectives et Salons à partir de 1912. Il a peint principalement la Bretagne, l’Ardenne, la Provence et l’Espagne. […]

  28. Beaubois Michelle

    Je suis d’origine bretonne et abonnée à Armen depuis le premier numéro. Extra!
    Félicitations aux auteurs. Merci. Kenavo! Michelle

  29. CAHEN Daniel

    Comme repris dans l’article ci-dessus, la promesse d’une « destruction naturelle programmée » par la seule volonté délibérée par l’Administration de ne plus entretenir cette construction héroïque est une insulte à tous ceux qui, du maçon à l’ingénieur, ont payé de leur héroïsme pour défier cette impossibilité à laquelle nul n’était a priori tenu. Je pense à ma famille, impliquée dans cette aventure de 1861 à 1874, par un bisaëul prénommé Alfred dont me parlait souvent mon grand-père et dont il était fier. Quel mépris à l’adresse de nos anciens… Et comment briser cette odieuse indifférence au devenir de ces « œuvres de l’impossible » pourtant classées au répertoire des Monuments Historiques ? Ma petite plume ne peut faire grand’chose… alors que des gens dotées de pouvoirs et d’argent se taisent ou ferment leurs yeux sur « une non assistance à ouvrage d’art en danger »… notion qu’il faudrait judicieusement développer pour en rendre plus d’un responsables. Non. L’Ar-Men vaut bien plus que la prédiction de l’ingénieur Reynaud…