Des tritons contre des avions

Le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes a focalisé l’attention des médias à l’automne 2012. Derrière l’utopie radicale portée récemment par les opposants “zadistes”, se cache un conflit né voici près de cinquante ans. Des élus locaux aux paysans, des milieux économiques aux militants de gauche, les raisons de soutenir ou de s’opposer au nouvel aéroport sont nombreuses. ArMen a mené l’enquête.

Catégories:

2 Réactions à “Des tritons contre des avions”

  1. LERAY Roland

    Lecteur fidèle d’Armen, depuis ses premiers numéros, et originaire de Blain, près de Notre Dame des Landes (NDDL), je vous écris au sujet de l’article « l’aéroport de NDDL » du numéro « Bretagne insoumise ».
    Ce projet d’aéroport est bien breton, né sous l’impulsion d’entrepreneurs et ingénieurs de Rennes et de Nantes au motif qu’un seul aéroport est plus efficace et moins cher que deux aéroports distants de 100km. L’Etat français ne soutient pas le projet (préférant le TGV ouest), l’establishment parisien encore moins.
    Vous écrivez : « le cœur du mouvement est paysan et local » et vous illustrez l’article par deux photos qui font croire à des manifestants bretons. Les manifestants du 3-4 août étaient pour la grande majorité des altermondialistes venus d’ailleurs, tout comme les 150 Zadistes permanents. Vous pourrez facilement vous en assurer auprès des habitants du canton.
    Armen constitue une belle référence en matière de magazine d’histoire de la Bretagne, qu’il conviendrait de ne pas ternir.
    Roland LERAY
    29 Rue Renoir
    44700 ORVAULT

    • armen

      Bonjour,
      Comme le dit l’article, le projet est porté avant tout par les élus locaux (CG44, Nantes Métropole, etc.) et les entrepreneurs (CCI, etc.). Donc c’est bien un projet breton. Mais l’opposition est largement bretonne également, ne s’étant élargie que très récemment. Y compris les zadistes viennent largement de Bretagne et de l’ouest de la France. Et les membres de l’ADECA et de l’ACIPA sont dans leur très grande majorité des personnes qui habitent à moins de 50 km de Notre-Dame-des-Landes. Donc c’est un conflit interne à la Bretagne, dans lequel toutefois l’Etat a pris très clairement position en faveur du projet d’aéroport.
      Concernant les photos, je ne comprends pas vos réticences ni votre commentaire. Il y a quatre illustrations montrant quatre aspects de la question. Aucune d’entre elles n’a été prise un mois d’août.
      Bien cordialement,

      Tudi Kernalegenn

Ajoutez votre réaction