Edito – “L’énergie de vous offusquer toujours…”

C’est un coin de Bretagne dont on ne parle guère ou trop peu. Un site exceptionnel composé d’étendues d’eaux, de prairies humides, de marais et de roselières, fréquenté de longue date par l’un de nos meilleurs photographes naturalistes. Lorsqu’il n’est pas en Islande ou au Spitzberg, en Colombie britannique ou dans le parc de Katmai en Alaska, “au pays des ours, au coeur des grands espaces”, Erwan Balança, amateur de flore et de faune sauvage, se réfugie, toujours à l’affût, en son lieu fétiche, lieu de ressourcement, de calme et de plénitude, le lac de Grand-Lieu. Cette fois, ce ne sont pas les spatules blanches, martins-pêcheurs, ou autre bruant jaune qui ont attiré son regard, mais les pêcheurs professionnels qui perpétuent une tradition remontant, dit-on, au Moyen Âge. À bord de leurs plates, ils ne sont plus que sept désormais à manier lignes de fond, bosselles, louves et verveux, afin de prélever l’anguille reine, mais aussi brochets, sandres, gardons, perches… Dès l’aube, ils sont “les yeux du lac”.

Un calme apprécié dans ce numéro aux eaux quelque peu agitées par le tumulte et le désir de savoir. Qu’il s’agisse du récit graphique consacré au Bugaled Breizh, mené de main de maître par l’historien de la bande dessinée Brieg Haslé-Le Gall. Ce dernier donne la parole au scénariste Pascal Bresson sur une série de cases soigneusement choisies, dessinées par Erwan Le Saëc, comme autant de points paroxystiques de cette sombre histoire. Le roman graphique publié par Locus Solus, en octobre dernier, a déjà fait grandement parler de lui car ravivant et soulignant avec talent les soubresauts de ce que, à présent, l’on dénomme “affaire d’État irrésolue”.

Qu’il s’agisse d’Irène Frachon qui se confie, en toute franchise et amitié, pour ArMen, au journaliste et écrivain Hervé Hamon. Irène Frachon, est-il encore utile de la présenter ? Sa parole est claire. La vie de ce médecin, qui a révélé le scandale du Mediator, a basculé. Un livre a été écrit paru aux éditions Dialogues en 2010. Un film a été tourné. La Fille de Brest est sur les écrans en ce mois de novembre. Une pièce de théâtre a été montée ; elle sera donnée au Quartz en mai 2017. Et son combat pour la vérité et pour l’indemnisation des victimes continue. L’une d’entre elles lui a écrit ce mot, c’était en 2013 : “Je vous souhaite d’être heureuse dans votre vie pour avoir l’énergie de vous dresser encore et de vous offusquer toujours…” Le combat d’Irène Frachon, devenue lanceuse d’alerte, est aussi le nôtre, celui de toujours fouiller, mené par le désir de savoir, de comprendre, d’aller plus loin.

Au sein de son laboratoire à l’université Bretagne-Sud, Christophe Baley cherche. Il cherche réponse à ses questions. Il s’entoure d’oeuvres d’art et de citations philosophiques pour toujours lui aussi rester l’esprit vif, rester aux abois, animé par un idéal de savoir et de connaissances qu’il partage sans compter. Il est l’un des protagonistes de notre grand angle consacré aux fibres du lin et du chanvre dont les propriétés sont insoupçonnées. Elles livrent peu à peu leurs secrets.

 

Chloé Batissou 

Catégorie:
Cet article vous intéresse ?    Achetez le numéro    Abonnez-vous

Ajoutez votre réaction