Pascale Breton, la cinéaste et le territoire

Elle se pose devant vous avec de grandes lunettes noires qui cachent ses yeux verts. Un air d’Isabelle Adjani, pas typiquement finistérienne pour une fille née à Morlaix. Rencontrée cet hiver sur le tournage de son deuxième long métrage Mémoire vive, puis au printemps à Brest en plein montage, Pascale Breton est volubile, avenante, la pensée vive.

Catégorie:
Art
Mots clef:
Cet article vous intéresse ?    Achetez le numéro    Abonnez-vous

Ajoutez votre réaction